lundi 30 janvier 2012

Ça y est, c'est signé !

Les grandes manœuvres vont pouvoir commencer: je sors de chez le notaire, j'ai signé pour l'achat d'un appartement dans le quartier Saint-Louis
Pas de droit de préemption de la part de la Mairie, diagnostics ok, juste des petits emmerdements avec la vendeuse. 

Elle avait en effet prévu quelques travaux d'aménagements dans l'appartement avant la vente.
Dans les jours qui ont suivi la signature du compromis, je l'ai contactée pour lui dire que j'avais des idées précises de travaux, et que sachant qu'elle aussi, c’eut été intéressant qu'on en discute pour ne pas avoir à payer inutilement....
Très bon contact dans un premier temps, "mais bien sûûr ! rencontrons-nous, je vais joindre mon entrepreneur, quel est le vôtre ?" "C'est moi." "..."

S'ensuivent un échanges d'emails sans jamais se rencontrer alors que nous habitons à 1 km l'un de l'autre. Un coup elle est en déplacement, un coup elle est malade, un coup elle me donne rendez-vous à 15h... Puis de nouveau en déplacement, puis malade, pfff... 
Un jour, nouveau message, il y a de ça un mois à peu près, "La cuisinette est livrée ce soir à 17h30, vous vouliez la voir, venez à cet horaire."
Ben non, depuis le début de nos échanges je te dis que je ne peux pas être disponible avant 18h30... Du coup, je lui réponds qu'il est fort dommage qu'on ne se soit pas rencontrés plus tôt, qu'a priori la cuisinette ne me conviendra pas, et que le prix de celle-ci aurait pu être consacré à installer un double vitrage ou à changer le disjoncteur différentiel qui n'est pas aussi sensible que le veut la norme, dixit les diagnostics.
Réponse lapidaire, ce qui est fait est fait, point barre. les "cordialement" et "cher monsieur" ont disparu...

Je tente encore de lui expliquer qu'il est regrettable de maintenir les choses en l'état, et que la cuisinette va certainement se retrouver sur le trottoir, que quitte à dépenser de l'argent il vaudrait mieux le consacrer à des choses importantes.
Le lendemain, coup de fil de l'agent immobilier, la propriétaire lui demande de me dire de cesser de lui écrire... 
Ben va te faire voir, t'es butée, tant pis pour toi.

J''effectue une dernière visite la semaine dernière, son "entrepreneur" est dans l'appartement, en fait un copain bricoleur, en train de monter cette cuisinette (un mois après...) Elle est moche, froide.
"Je la fixe au silicone ?" 
"Non, laissez, je verrai"

Ce soir ma femme et moi l'avons rencontrée. Pas un bonjour, froide comme un congélateur, aimable comme une porte de prison... 

L'important, c'est que c'est signé ! Dès que possible je vais y faire les travaux d'aménagement et de décoration nécessaires pour en faire un lieu d’accueil joli, fonctionnel, pratique.
Au boulot !

En bonus, un reportage sur Versailles bien fichu: le château et ses coulisses, le domaine et les jardins, ainsi que les quartiers à visiter. La question qui préoccupe la mairie et l'office du tourisme est celle de trouver les moyens d'amener les visiteurs du château vers la ville qui recèle des endroits magnifiques. Mon projet est de la partie, amener les gens à découvrir "la banlieue" du château.
La vidéo ne sera pas éternellement en ligne, profitez-en !

3 commentaires:

manu a dit…

chronique de la connerie ordinaire...

Pascal Le Mée a dit…

@ manu, je suis un éternel gamin, naïf et crédule, mais je progresse: on peut être riche, avoir un manteau de fourrure, et être stupide. (Comme Xavier Bertrand, comme Frédéric Levebvre, comment sont-ils parvenus là où il sont ??)

LnB a dit…

Ca y est ? Félicitations à tous deux.