samedi 9 janvier 2010

Amer constat

école = prison dorée
10 ans que je suis prof des écoles. Et seulement un an que j'ai ouvert les yeux sur l'absolue nécessité de changer de métier. Pourtant, j'aurais pu m'en apercevoir beaucoup plus tôt.

Prof pour moi, c'était un métier de liberté et de mise à profit de tout ce que la vie peut offrir. Liberté de choix pédagogiques, liberté de supports, liberté offerte par l'emploi du temps, que j'allais consacrer à occuper de mille et une façons dans mille et un domaines. J'ai toujours été éclectique, curieux, je pensais à l'instar d'anciens instits avoir la chance de m'enrichir tout en enrichissant ma pratique professionnelle.
Après quelques erreurs de parcours, j'ai adoré mes trois années à la Sorbonne en Lettres Modernes, à découvrir des mondes inconnus, à avoir du plaisir à apprendre, à vibrer dans l'analyse des textes, qui souvent m'apparaissaient sublimés quand la complexité de l'intention s'ajoutait à la beauté de la forme. Texte et tissu partagent la même origine sémantique m'avait-on expliqué. Une vraie jouissance intellectuelle.

Mais dès la première année de formation au concours de recrutement des professeurs des écoles, mon enthousiasme a vacillé. Qui nous formait ? Des profs qui n'avaient jamais mis les pieds dans une école primaire, des profs psychologiquement fragiles, des profs sans aucune humanité. Qu'est-ce qu'on y apprenait ? Le récit de cette vieille prof du temps où sa grand-mère lui lisait des livres au coin du feu, récits qui s'éternisaient... On y préparait des exposés de synthèse de bouquins, à diffuser aux autres étudiants sans aucun retour du "prof"... On y passait de longues heures à déchiffrer le logo d'M6, si si... Il fallait être calé sur la nomenclature des erreurs d'orthographe, adopter et utiliser à bon escient le jargon, se faire chier en définitive, avec 2h de transports par jour, moi qui ai toujours rêvé de travailler chez moi. Du coup j'ai quitté l'IUFM, estimant à raison que je serais plus efficace en révisant à la maison.

Mais bon, ça restait de la théorie, le terrain allait venir, patience.

Le concours en poche, le terrain est venu. Premier stage, premier maître d'accueil. Je garde une phrase en mémoire :"Si on veut faire son boulot de prof consciencieusement, on finit alcoolique ou en hôpital psy" Il ne se sera pas trompé, j'ai frôlé les deux alternatives...

Puis la première fois seul maître à bord, en stage avec des CE2/CM1. J'ai bossé comme un dingue, fiches de préparation, cahier-journal, progressions, programmations, la totale. J'ai eu un très bon rapport de stage, qui, passé un moment de fierté, ne m'aura servi à rien, ou plutôt aurait eu les mêmes conséquences que si j'avais eu un rapport de stage passable.

La deuxième année validée, j'ai la "chance" d'avoir un poste définitif en ZEP à Nanterre. Bardé de belles théories, motivé pour y arriver, je déchante rapidement. Le premier jour, un élève n'apprécie pas ma demande de se taire, balance son bureau sur le tableau et se barre dans les couloirs. J'apprends que j'"hérite" d'une classe d'anciens CE1 terrorisés par leur maître de l'année passée, dont le niveau est catastrophique. Et j'apprends, beaucoup. J'apprends que mettre au courant des familles du comportement de leur gamin n'engendrera pas une discussion familiale posée, mais des coups de ceinture. Je me fais taper, mordre, on me confie des élèves d’autres classes, que je dois ceinturer pour éviter qu'ils ne s'échappent et n'aillent déclencher l'alarme incendie puisqu'à part les enseignants dans leur classe il n'y a aucun autre adulte dans l'école. Ma directrice de l'époque demande à jour à l'inspecteur de faire quelque chose, que l'équipe n'a plus d'énergie. "Mangez du nougat, c'est énergétique" lui répond ce dernier...
Je me défonce à trouver d'autres méthodes, de Fernand Oury à Freinet, en passant par la PMEV... Je perds du poids, je n'ai pas le temps, mais pas le temps du tout de jouer du piano, de m'occuper de ma première fille, d'avoir une vie de couple qui se détruit, rien.

Dans les années qui suivront, mis à part une plus grande maîtrise des gestes et des attitudes, j'aurai bossé, énormément, pour rien. Un site Internet, une classe de découvertes auto-gérée, puis une autre, des essais, des lectures et puis marre. Le temps passe, je me mets à boire, je n'ai plus d'optimisme, il me paraît impossible de passer toute ma vie à faire ce boulot. De plus, ma hiérarchie ne m'encourage pas, s'en fout, les élèves viennent voler des affaires dans ma classe, les réunions deviennent de plus en plus nombreuses, animations pédagogiques obligatoires, conseils des maîtres, conseils de cycle, conseils d'école, réunions de synthèse, aide personnalisée, évaluations... Tout ça pour voir son salaire augmenter de 100€ tous les trois ans ! Et cela qu'on fasse un boulot excellentissime ou qu'on en foute le moins possible !!

Sécurité de l'emploi... On la paye cher cette sécurité ! Impossible de se faire muter en province, surtout quand son conjoint est aussi dans l'enseignement, doit-on comme ça se fait divorcer, demander une mutation, peut-être l'avoir, se remarier pour demander un rapprochement de conjoint ? Tout ça n'est plus vivable. Il faut du changement.

Oui, mais changer, facile à dire ...

10 commentaires:

Anonyme a dit…

C'est tellement vrai ce que tu ecris !!
Je suis prof moi aussi, depuis 25 ans en lycée professionnel.
et j'ai décidé de changer de métier aussi comme toi.
Voila 2 ans que j'ai ouvert mes chambres d'hôtes mais je continue à travailler entre 2 car le démarrage n'est pas évident et il faut assurer ses arrières.
Mais sincèrement, j'ai plus de reconnaissance en 2ans d'activité avec mes hôtes qu'avec 25 ans de collaboration avec ma direction et mes élèves.
Ras le bol des changements de programmes qui ne servent à rien, des réformes à la gomme avec rien au bout pour nos élèves.
Je ne cautionne plus ce système et je suis en pleine pèriode de rébellion avec ma direction.
Je suis contente de trouver un épanouissement ailleurs, et mes collègues désabusés eux aussi me reprochent presque de faire autre chose.

Unknown a dit…

@ Anonyme: Difficile pour beaucoup de comprendre qu'on ne supporte plus le plus beau métier du monde. Mais je suis comme toi persuadé que mon épanouissement et la reconnaissance ne se trouvent pas (plus?) à l'école... Merci !


Anonyme a dit…

Bonjour,

Je suis prof des écoles depuis 10 ans et j' arrive au même constat que toi.
Bravo pour ton site ( même si je n'ai pas encore tout lu); çà rassure de lire tout cela et constater qu'il y a des personnes qui ont le courage de dire la vérité sur ce métier.
Un grand merci !

Unknown a dit…

@ Anonyme bis: Merci pour le commentaire; je ne sais pas si c'est la vérité, mais c'est comme ça que le l'ai vécu et comme ça que je le ressens !


Unknown a dit…

Bonjour

Je ne sais pas si c'est "la" vérité ; ce qui est certain, c'est que c'est la tienne et celle de beaucoup d'autres.
La mienne est encore différente. J'ai tenté de maintenir deux activités simultanément (pour "assurer" mes arrières) mais c'est, pour moi, impossible, car l'une et l'autre sont très prenantes et demandent une disponibilité totale de l'être, de la personne, de l'esprit ; à vouloir faire les deux en même temps, on fait les deux mal... J'ai donc opté pour un choix radical : choisir de vivre mes rêves et vivre de ce que je sais et aime faire. Car prof, malgré les deux ans de formation et mes 8 ans d'expérience sur le terrain, je ne sais toujours pas faire...

La réalité de ma compagne est encore différente. Prof des écoles, c'est ce qu'elle a toujours voulu faire. Elle le fait, le fait très bien, même, s'y donne à fond et s'éclate ! Et elle en tire aussi de grandes satisfactions et récompense. Mais... pardi, elle n'est pas en ZEP, ni en région parisienne (sans doute, cela change la donne). Prof, c'est un sacerdoce, et l'on ne peux le vivre bien et donner le meilleur de soi aux autres que si l'on possède celui-ci (à mon avis).


Unknown a dit…

@ Unknown, merci pour ton commentaire. Quelle est ton activité pro maintenant ? Et, heu... je n'ai pas compris la fin de ton commentaires, c'est quoi "celui-ci" ?


Anonyme a dit…

Bonjour Pascal,

oh là, là ton récit me parle tellement!

Je suis en pleine démarche de reconversion en attente d'une dispo pour prendre un poste dans une association mais là encore quel parcours du combattant!
c'est rassurant de voir que l'on est pas seule...
Bravo pour ce site que je viens de sécouvrir

Unknown a dit…

Merci "Anonyme", ce n'est pas simple en effet ...
Tiens-moi au courant de la suite !


Anonyme a dit…

Bonsoir,
Nous sommes tous les 2 prof des ecoles (mon conjoint et moi) et nous venons de passer un agréable moment en te lisant car nous ressentons totalement ce que tu expliques. Les grands mots "projet, evaluation, remediation et aucune reconnaissance. J'ai passé le capash cette année. J'ai fait 200 km par jours pour aller voir des profs depressifs et incompetents. On m'a recalé lors de l'examen alors que j'ai une ulis depuis 5 ans. Je n'ai eu aucune raison valable et mes inspections ont toujours été bonnes! Je suis degouté par ces gens en costume qui ne mouillent jamais la chemise devant les gosses. Personne pour encourager les troupes.

Unknown a dit…

@"anonyme" (décidément c'est un prénom courant !) Ce qui n'est pas évident c'est d'ouvrir les yeux sur ce petit monde de l'école... On est retenu par un statut, mais on s'assombrit année après année...